La sphère professionnelle empiéterait de plus en plus sur la vie personnelle.

Voici quelques conseils pour trouver un meilleur équilibre.

UNE DÉCONNEXION DE MOINS EN MOINS ÉVIDENTE

À l’heure où le burn-out et la dépression sont des thématiques récurrentes, la question de l’équilibre entre vie perso et vie pro devient centrale. Les journées de travail sont toujours plus longues, plus exigeantes, plus fatigantes.

Il est souvent difficile de ne pas se laisser happer par notre travail qui rapidement vient impacter notre vie personnelle. Le travail constitue la deuxième activité dans notre vie après le sommeil.
La digitalisation du monde de l’entreprise, l’accès permanent à son portable et à sa messagerie professionnelle rendent compliqués de résister à la tentation de ne pas couper complètement du bureau et le droit à la déconnexion, s’il existe dans les textes, n’est pas encore intégré par tous.

Enfin, s’ajoute à cela une part de la population active qui travaille à des horaires atypiques qui ne cessent de croître.

LA NATURE A HORREUR DU VIDE

Ce besoin de penser travail s’explique notamment par le fait que l’être humain est un être d’action, qui a besoin d’activité et le travail est une belle façon de se réaliser.

Il n’empêche qu’il est primordial de réussir à construire des digues pour ne pas vivre que par et dans le travail. Il est alors nécessaire de trouver d’autres sources de satisfaction, des activités agréables en compagnie de personnes aimées.

Il faut veiller à ce que ne pas travailler ne provoque pas un vide, mais plutôt avoir des alternatives qui remplacement aisément le travail : lecture, jeux avec les enfants, activités sportives…

L’idée est de ne pas chercher à se déconnecter du travail, mais plutôt à se connecter à d’autres activités afin de garder le moral et de ne pas culpabiliser dans l’oisiveté.

LE TRAVAIL NE DOIT PAS IMPACTER VOTRE VIE PERSONNELLE

Le travail n’est pas un but en soi. L’épanouissement se fait à travers des valeurs bien plus importantes que la simple réalisation de tâches quotidiennes : le couple, la famille, le bien-être. Une mauvaise nouvelle au bureau ou une surcharge de travail vient rapidement déstabiliser la vie de couple ou la vie de famille.

Dès lors, il faut s’organiser pour atteindre une optimisation qui permette de sanctuariser sa vie personnelle et de créer la distance nécessaire entre le bureau et la maison.

La première des règles est de fixer des limites claires : éviter d’emporter du travail à la maison, s’instaurer des coupeurs technologiques pour se consacrer pleinement à soi et à son entourage.

LES BONNES PRATIQUES À RÉTABLIR

Pour ne pas empiéter sur la vie perso, il est nécessaire d’établir régulièrement (quotidiennement, hebdomadairement, mensuellement, annuellement), des listes de priorités et de les hiérarchiser à leur juste valeur. Bien souvent, on se laisse déborder par des tâches futiles alors qu’un peu d’organisation permet de mieux gérer son temps professionnel et personnel.

Apprendre à déléguer et bien répartir les tâches est aussi nécessaire : on ne peut tout faire, tout le temps, tout seul. Au travail comme à la maison, une bonne répartition des tâches permet de s’alléger l’esprit en sachant que les priorités sont gérées et ainsi réduire considérablement sa charge mentale.

Enfin, s’imposer du temps pour soi est la dernière, mais plus importantes des bonnes pratiques à retenir. Les obligations personnelles comme professionnelles ne doivent pas vous empêcher de prendre un peu soin de vous. Posez-vous régulièrement la question : qu’est-ce que j’ai bientôt prévu pour me faire plaisir, pour m’oxygéner, pour me rendre heureux.